Paysagisme abstrait

Oui, contre toute attente, on peut trouver de la peinture de paysage dans l'abstraction!

La peinture du XXème siècle a été marquée par ce grand événement : le « passage » à l’abstraction.

Cet abandon de la représentation fidèle de la réalité fut ressenti par les artistes comme une avancée incommensurable, un pas de plus vers la liberté absolue du processus créateur.

Mais tout d’un coup, pour le spectateur habitué aux portraits et aux paysages, les tableaux perdaient leur sens, ils semblaient ne plus rien représenter, ne plus rien vouloir «dire».
Ce fut un immense bouleversement, dont les traces sont encore sensibles aujourd’hui dans la méfiance avec laquelle une partie du public continue à aborder l’abstraction.

Pourtant, n’avoir pas de sujet concret ne veut pas dire ne rien représenter, comme l’idée s’est souvent répandue. On ne peut pas vraiment parler de disparition totale du sujet, ni de rejet de la représentation dans la démarche de l’artiste abstrait.  Cette rémanance de la représentation au sein de l'abstraction est particulièrement frappante lorsque l’on pense à la nature et aux paysages.

Car il y a des paysages dans l’art abstrait.
Il y en a énormément.

Il y en a même tant qu’un terme a été créé pour parler de tous ces tableaux abstraits dans lesquels la nature vient s’immiscer : le paysagisme abstrait.

Quand on regarde des oeuvres paysagistes abstraites, on comprend de manière instinctive que la vraie différence entre la figuration et l’abstraction est en fait une question de moyens mis en oeuvre. La démarche abstraite décrit les mêmes choses que la figuration mais par d’autres moyens.

Au cours du XIXème siècle, la nature guide, tel un catalyseur, certains artistes vers l'abstration.Les paysages deviennent par la suite le principal support de l'abstraction nouvelle, avec deux faces complémentaires: la référence aux formes du paysage d'une part. Et d'autre part, l'expression de l'émotion ressentie face à la vue d’un paysage. 
Enfin, avec l'abstraction apparaissent des thèmes jusque là impossibles à représenter.