Roland Bierge

(français 1922-1991)

Roland Bierge est un artiste peintre, graveur, illustrateur, lithographe et décorateur de théatre français, né en 1922 à Boucau, près de Bayonne. 

Formation autodidacte

Roland Bierge  n’a pas suivi le parcours habituel des Ecoles d’Art. Il sait qu’il veut devenir peintre, mais est engagé tout jeune dans l’entreprise de décoration de son père. Il y apprend les techniques du métier d’artiste, sous l’égide de son grand-père, décorateur d’église. C’est par le livre qu’il s’éduque seul à la peinture de chevalet, passionné par les peintres post-cubistes dont il étudie les œuvres reproduites. André Lhote et Jacques Villon furent ses premiers « maîtres » par l’image.

Devenir peintre

En 1946, Roland Bierge décide de quitter Bayonne et de gagner Paris. Il se fait engager comme peintre décorateur à la Comédie Française pour pouvoir financer son activité picturale et continue sa formation. Ce n’est plus par l‘image mais par le contact avec les œuvres exposées dans les musées parisiens.
L’exposition van Gogh en 1947 le marque durablement. Bierge présente au salon des Indépendants des œuvres marquées par cette rencontre.
C’est en 1950 qu’il commence à exposer en solo.

Le cheminement

Toute l’œuvre de Bierge est marquée par une progression, une recherche ininterrompue, tant dans le domaine du coloris que dans celui du traitement des volumes.
Sur le plan formel, Bierge passe d’un post-cubisme à une période marquée par van Gogh. Il fait la synthèse de ces deux périodes dans ses œuvres postérieures, avec toujours plus d’audace dans l’équilibre de la toile et une affranchissement face au rendu du réel.

Sur le plan de la couleur, les premières œuvres de Bierge n’utilisent que rarement la couleur pure, les tons sont rabattus, les ambiances plutôt sombres. Il éclaircit sa palette au fil des années, et sa rencontre avec Chagall fut à ce titre déterminante.

Le plafond de l’Opéra

Lorsqu’il reçut la commande par malraux du plafond de l’opéra de paris, Chagal ne pouvait plus fournir l’effort de peindre lui-même. Il fit alors appel à Roland Bierge pour exécuter les maquettes qu’il avait dessinées. Ce fut pour Bierge une étape marquante qui lui permit d’approfondir sa propre évolution.

L’accomplissement

C’est en 1967 que Roland Bierge arrive à l’apogée de son cheminement artistique. Il se sent pleinement libre sur le plan chromatique, et accurille sur ses toiles une explosion de couleurs. Sur le plan formel, il passe définitivement à l’abstraction, une abstraction totalement personnelle, avec des formes qui associent à un soubassement  post-cubiste une perception très reconnaissable des volumes colorés.

 

Il meurt en 1991 à Saint-Antoine, dans le Gers.